La communauté des T-bagienS !!!
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pas encore d'idée de titre MDRR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Willow
Razor Blade
Razor Blade


Féminin
Nombre de messages : 498
Age : 23
Localisation : Devant l'ordi =)
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Pas encore d'idée de titre MDRR   Dim 9 Mar - 21:42

Super suite !!!! =)
Merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coco41
Cellule 16
Cellule 16


Féminin
Nombre de messages : 46
Age : 23
Localisation : Cellule 16
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: Pas encore d'idée de titre MDRR   Dim 9 Mar - 21:51

Merci à toi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x-t-bag-x.skyrock.com
Shalimar
Razor Blade
Razor Blade


Féminin
Nombre de messages : 390
Age : 25
Localisation : Chez les meumeuhhhh...les Vosgiens
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Pas encore d'idée de titre MDRR   Lun 10 Mar - 0:06

Super!Merci pour la suite!Encore géniale
Ouhla! Ca sent pas bon pour Maytag...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coco41
Cellule 16
Cellule 16


Féminin
Nombre de messages : 46
Age : 23
Localisation : Cellule 16
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: Pas encore d'idée de titre MDRR   Mar 12 Aoû - 13:04

Chapitre 7

-Dis-moi petit, à tout hasard, est-ce que tu saurais te battre ? demanda le chef des Blancs, connaissant déjà la réponse.
Maytag baissa la tête, honteux, et la balança de gauche à droite. T-Bag sourit intérieurement et soupira :
-T’es désespérant mon garçon…

Ils étaient rentrés dans leur cellule et s’étaient confortablement installés sur la couchette du haut. Un drap blanc était soigneusement tiré sur les barreaux. On ne sait jamais… Maytag était du côté « libre », droit comme un « i », la tête d’abord rivée vers le haut de la cellule 16 puis vers ses pieds ; tandis que le leader de l’Alliance était du côté du mur, penché sur son giton avec tout de même une certaine hauteur vis-à-vis de celui-ci.
Bagwell tiqua avec ses lèvres, puis porta sa main gauche à sa bouche, sous les yeux étonnés de Maytag. Il enfouit ses doigts à l’intérieur puis en retira une lame de rasoir tranchante, acérée telle les griffes de Marylin, la chatte du vieux Westmorland. Il la tendit à Maytag, qui porta sur son maître un regard interrogateur.
-Comment tu fais pour pas te couper ? demanda le garçon, admiratif.
-Ca fait des mois qu’elle traîne là alors je m’y habitue. Mais je te mentirais en te disant que je ne me suis jamais coupé. Qu’est-ce que tu attends petit ? Prends-la, dit le leader de la Fraternité blanche, tout sourire.
-C’était pas ça le deal… se risqua le petit qui prit tout de même précautionneusement la lame de rasoir, on avait dit que je t’offrais ce que tu sais et toi ma protection…
-Tsss….Il t’arrive quoi mon mignon ? T’as peur des mots maintenant ? Tu crois vraiment que je n’aurai rien d’autre à faire pendant l’émeute ? Tu sais, les blacks vont se donner du mal pour essayer de me tuer, alors si je dois surveiller mes arrières en même temps que les tiens sous prétexte que t’es incapable de te battre…
-C’était le marché, marmonna le garçon sur un air boudeur.
T-Bag sourit, ce petit était extraordinaire ! Il porta sa main à présent libre sur la cuisse de son petit bonhomme et entama une ascension à travers le tissu du pantalon réglementaire. Maytag lui sourit radieusement puis saisit plus fermement la lame de rasoir en l’examinant. T-Bag rapprocha son visage du sien et lui chuchota :
-Ecoute, mon mignon, personne te fera du mal aujourd’hui, mais ce serait quand même plus pratique pour moi si je t’apprenais à te servir d’une lame sans avoir besoin te surveiller comme une poule couve son œuf pour ce soir, qu’est-ce que tu en dis ?
Maytag hésita, mais il se dit à juste titre qu’il n’avait de toute façon pas le choix. Autant régler ça dans la bonne humeur.
-D’accord.
-Très bien, mais tu sais, ça va demander de l’énergie, tout ça…répondit le chef des blancs en se rapprochant de plus en plus de son giton.
-Tu veux prendre des forces ? Sourit Maytag avec une pointe d’insolence dans la voix.
-C’est si joliment formulé…

***

-Tu m’écoutes ?! Tu la tiens comme ça ! Pas comme ça, comme ça je t’ai dit !
-Mais…
-Y’a pas de « mais » qui tienne ! C’est quand même pas bien compliqué, merde !
Le chef de l’Alliance s’énervait de plus en plus sur Maytag : celui-ci n’était même pas fichu de tenir correctement une lame de rasoir ! De plus il détestait jurer.
Ils étaient redescendus de la couchette après avoir pris du bon temps. Maytag, sans pour autant être circonspect, avait été légèrement réticent. Quoi de plus normal ? Ce n’était que la deuxième fois qu’ils avaient des rapports privilégiés, et Maytag, comme ses prédécesseurs, devrait s’habituer. Il avait cependant pu remarquer qu’il était bien plus enthousiaste que les cadavres ou les boules de nerfs qui lui servaient habituellement de poupées gonflables… Au bout d’une ou deux semaines, il s’habituerait, c’était certain. Il avait retiré le drap blanc et essayait vainement de lui apprendre à tenir une lame sans se couper le bout des doigts. Malgré les efforts de T-Bag pour le lui montrer et faire les gestes avec lui, le petit n’y arrivait pas. Le chef de l’Alliance désespérait : dans quelques heures, il déclencherait une émeute raciale, et son protégé serait -s’il continuait comme ça- probablement incapable de se défendre. Il lui prit brutalement la lame des mains. Trop brutalement : Maytag hurla de douleur lorsque son hémoglobine jaillit des phalanges de sa main gauche, éclaboussant leurs sous-pull réglementaires. Il hurlait en se tordant de douleur à même le sol. T-Bag lui asséna un violent coup de pied dans les côtes pour le faire taire. Le petit gémit et pleura silencieusement, son sang tachant le sol crasseux sur lequel il se trouvait. Son maître le releva puis examina ses doigts ensanglantés. Quelle chance ! Aucune veine n’avait été touchée, c’était juste un peu de sang. Il hésita quelques secondes devant les deux options qui se présentaient : ou il ne disait mot aux gardiens qui, loin d’être stupides, emmèneraient tout de même le jeune homme à l’infirmerie et le changerait nécessairement de cellule ; ou alors il appelait un gardien et ne l’aurait pas sur le dos pendant l’émeute. Maytag s’était recroquevillé dans un coin de la minuscule cellule, sanglotant sur sa main blessée. T-Bag devait bien reconnaître que, malgré l’absence de blessure sérieuse, les doigts sanglants du petit devaient être assez douloureux. Mais après tout, c’était de sa faute : s’il avait su comment tenir une simple lame, on n’en serait pas arrivé là… De toute façon, le leader de l’Alliance avait toujours raison. Il interrogea son petit du regard. Maytag avait lui aussi analysé les choix et suppliait son maître du regard. T-bag vint vers lui et prit sa main meurtrie dans la sienne. Il la relâcha quelques secondes après ; il n’aimait pas trop le contact doux et chaleureux qu’était celui des mains, même si avec le sang qui s’en échappait, cette approche était bien moins romantique.
-Gardien ! appela-t-il calmement.
Lewis, un gardien totalement réglo- une fois n’est pas coutume-, s’avança vers la cellule d’un pas lourd et lent.
-Qu’est-ce que tu v…Ho putain !!! Ouvrez la 16, vite !!
Une fois la porte ouverte, le gardien héla ses collègues qui le rejoignirent aussitôt et prit le petit Maytag sous son aile. Les gardiens maintenaient en joue le chef des blancs-qui levait les paumes de ses mains vers le plafond de sa cellule - tandis que Lewis s’occupait de bander grossièrement la plaie du garçon. Le jeune homme remercia son chef du regard, puis partit avec Lewis, sous les huées des taulards en transe. Voir un petit couvert de sang sortir de la cellule de T-Bag était généralement très mauvais signe. La porte se referma et T-Bag baissa ses bras. Il s’agrippa à la grille et regarda les noirs qui huaient son Maytag en regardant vers sa cellule d’un air moqueur, voire accusateur. Le chef de l’Alliance ne dit rien, il se contenta du pathétique spectacle qu’offraient ces animaux de nègres, comme pour se donner du courage…Ce n’était pourtant pas avec des hurlements qu’on pouvait espérer tuer l’homme le plus dangereux de la prison, ils auraient dû le savoir… Il parvint tout de même à entendre, malgré les beuglements des hérissons, la voix de Trokey, dans la cellule voisine, qui lui demandait :
-Il en a pour combien de temps ?
T-Bag se rapprocha du mur pour se faire entendre par son bras-droit.
-Il sera parmi nous demain. Il a rien de grave, juste un peu de sang, c’est tout.
-T’es un malin, n’empêche ! J’t’ai entendu l’engueuler parc’qu’il était incapable d’être un mec et toi, tu t’en débarrasses juste avant l’émeute, c’est pratique ça !
Les dires de Trokey avaient l’air de l’amuser. Il ne pensait sûrement pas -et à juste titre- au vulgaire accident qui s’était produit, mais à un geste net et volontaire de son chef, pour le mettre en jambes avant (ou « face à ») l’émeute qui allait suivre.
-Ouais, t’as raison, c’est mieux comme ça… Il aurait été incapable de se défendre.T’as dû aussi nous entendre…enfin nan, laisse tomber… -T’inquiète, j’ vous ai pas entendu et même, je sais très bien c’que vous faites, j’suis pas idiot.
-Laisse moi rire…
Cette phrase mit fin à la conversation. T-Bag avait encore des taches du sang de son giton sur le tee-shirt ; cela ne le dérangeait pas. Au contraire, il en aurait sûrement besoin. L’odeur et la vue du sang avaient toujours exercé sur lui une sorte de fascination. Les noirs étaient bien plus nombreux qu’eux, ils auraient besoin de toutes leurs forces pour continuer à respirer. Surtout que s’ils avaient toujours gagné les émeutes, c’était en grande partie grâce à l’énergie foudroyante du chef des Blancs, qui se répandait telle une traînée de poudre sur ses hommes. Or, à moins d’une heure de l’appel, il manquait cruellement de cette rage, de cette envie meurtrière qui le poussait au crime à chaque révolte. Sans ça, ils n’arriveraient pas à l’emporter, ils ne pourraient pas gagner. Il lui fallait retrouver ce dynamisme qui effrayait les noirs et le mettait toujours en position de force. Il fit quelques pompes pour se préparer, puis revint vers les barreaux. Il croisa les regards confiants de quelques uns de ses hommes. Que se passerait-il s’ils perdaient, s’ils mourraient pendant la bataille ? Il se passait de drôles de choses dans l’esprit de T-Bag : en temps normal, il se serait dit qu’il allait gagner, que c’était un jeu où le but était de tuer le plus de noirs possible en un temps record. Que s’était-il passé pour qu’il ne se sente plus lui-même ? Cette sensation le mettait hors de lui. Il commença à bouillonner de l’intérieur. Il renifla son tee-shirt couvert de sang ; ses yeux s’illuminèrent d’une lueur meurtrière. Il sourit : la rage était revenue, ce n’était pas encore aujourd’hui que les noirs allaient les vaincre. Il s’étira, craqua les os de con cou, puis de ses bras. Lorsque Geary leur hurla qu’il était l’heure de l’appel, il se sentait prêt. Il s’avança vers la ligne jaune, sourit à ses hommes en signe d’encouragement, puis aux noirs à titre de condoléances. Ses yeux noirs avaient de nouveau cette lueur meurtrière qu’admiraient les membres de l’Alliance et qui effrayait tant les noirs. Le silence était pesant, palpable. Les noirs suaient : finis leur rires assurés, planqués derrières les barreaux. Ils allaient devoir affronter la colère du chef des Blancs et de ses hommes, et ce pas plus tard que maintenant.


Merci encore Cerisette =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x-t-bag-x.skyrock.com
Willow
Razor Blade
Razor Blade


Féminin
Nombre de messages : 498
Age : 23
Localisation : Devant l'ordi =)
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Pas encore d'idée de titre MDRR   Dim 17 Aoû - 19:20

Whaou !! Joli fic' =)
Extra ^^

Merci Coco =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalimar
Razor Blade
Razor Blade


Féminin
Nombre de messages : 390
Age : 25
Localisation : Chez les meumeuhhhh...les Vosgiens
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Pas encore d'idée de titre MDRR   Lun 18 Aoû - 2:05

Cool ce chapitre!
Suspens...
Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pas encore d'idée de titre MDRR   Aujourd'hui à 17:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Pas encore d'idée de titre MDRR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» recherche désespérement le titre d'un livre (avis aux bibliothécaires!)
» [FERME] MIDOMI : Retrouver le titre et l'auteur d'une musique [Gratuit]
» Titre nuage
» Votre titre démoniaque
» Lecture de groupe #2 : Choix de l'auteur, du titre, etc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Robert Knepper :: Fan Arts & Fan Fictions :: Fan Arts & Fan Fictions :: Fan Fictions-
Sauter vers: